Please, recommend our website to your friends in Australia and USA and you’ll get an extra discount for Levitra levitra online australia Erectile dysfunction will never be a problem again. Browse our website to find the necessary impotence treatment in the required dose.

Microsoft word - dossier mimi 140911.docx


Saison 2014 2015   Scènes de la vie de bohème Librement inspiré de La Bohème de Giacomo Puccini. Musique Frédéric Verrières Livret Bastien Gallet Mise en scène Guillaume Vincent Direction musicale Jean Deroyer Pour 6 chanteurs et 10 musiciens. Création le 14 novembre 2014 au Théâtre de Cornouail e - Scène nationale de Quimper – Centre de création musicale Représentations au Théâtre des Bouffes du Nord du 18 au 26 novembre 2014 Tournée de janvier à mi-février 2015 puis sur la saison 2015/2016 Production C.I.C.T. / Théâtre des Bouffes du Nord Coproduction Croatian National Theatre Zagreb / Ircam-Centre Pompidou / Ensemble Court-circuit / Comédie de Reims – Centre Dramatique National / Théâtre de Cornouail e – Scène Nationale de Quimper – Centre de création musicale / Théâtre de Caen / Le Parvis, scène nationale de Tarbes-Pyrénées / Espace Jean Legendre, Compiègne – Scène nationale de l'Oise en préfiguration / Le Forum du Blanc Mesnil / Tandem Douai-Arras/Théâtre d'Arras / Compagnie MidiMinuit Avec l'aide d'Arcadi Île-de-France - Dispositif d'accompagnements / Action financée par la Région Ile-de-France Commande du C.I.C.T. /Théâtre des Bouffes du Nord et du Croatian National Theatre Zagreb Aide à l'écriture d'une œuvre musicale originale de l'État Contacts : Marko Rankov & Mickaël Godard - Production / Tournées  : marko.rankov@bouffesdunord.com / mickael.godard@bouffesdunord.com  



Scènes de la vie de bohème Librement inspiré de La Bohème de Giacomo Puccini. Musique Frédéric Verrières Livret Bastien Gallet Mise en scène Guillaume Vincent Direction musicale Jean Deroyer Chef de chant Jean-Yves Aizic Scénographie James Brandily Costumes Fanny Brouste Conseil gestuel Daniel Larrieu Réalisation informatique musicale Ircam - Robin Meier Lumières Sébastien Michaud Assistante à la mise en scène Tali Serruya Col aboration artistique Marion Stoufflet Pauline Courtin Christian Helmer Camelia Jordana L'Ensemble Court-circuit (10 musiciens), Spectacle en italien, français et allemand Durée : 1h45 (à confirmer) Production C.I.C.T. / Théâtre des Bouffes du Nord Coproduction Croatian National Theatre Zagreb / Ircam-Centre Pompidou / Ensemble Court-circuit / Comédie de Reims – Centre Dramatique National / Théâtre de Cornouail e – Scène Nationale de Quimper – Centre de création musicale / Théâtre de Caen / Le Parvis, scène nationale de Tarbes-Pyrénées / Espace Jean Legendre, Compiègne – Scène nationale de l'Oise en préfiguration / Le Forum du Blanc Mesnil / Tandem Douai-Arras/Théâtre d'Arras / Compagnie MidiMinuit Avec l'aide d'Arcadi Île-de-France - Dispositif d'accompagnements / Action financée par la Région Ile-de-France Commande du C.I.C.T. /Théâtre des Bouffes du Nord et du Croatian National Theatre Zagreb Aide à l'écriture d'une œuvre musicale originale de l'État Le Théâtre des Bouffes du Nord a décidé de poursuivre l'aventure commencée avec l'équipe artistique de The Second Woman (récompensé par le syndicat de la Critique, comme meilleure création musicale d'un compositeur français), applaudi lors de sa création en 2011 par la critique et le public. NOTES D'INTENTION À PROPOS DE LA PARTITION Quelque temps après la création de The Second Woman au théâtre des Bouffes du Nord, j'étais dans une certaine fébrilité, en train d'imaginer, le projet d'un deuxième spectacle quand je me suis aperçu au hasard d'une discussion avec Olivier Mantei que nous étions chacun de notre côté en train d'échafauder le même projet : le déploiement d'un projet artistique singulier serait non pas de continuer à explorer l'espace mental d'un personnage principal venu du cinéma (tel que nous l'avions fait pour The Second Woman, avec le personnage de Gena Rowlands dans Opening night, de John Cassavetes) mais de devenir les explorateurs d'un opéra tout entier, un des plus célèbres du répertoire puisqu'il s'agit de La Bohème. C'est pour nous une exploration en tout sens risquée, qui peut nous mener jusqu'au délire comme à la fin du roman d'Edgar Allan Poe Les Aventures d'Arthur Gordon Pym. J'écris de la musique comme un photographe règle sa focale. Je commence par choisir un modèle, en l'occurrence l'opéra de Puccini. Pendant le déroulement dramaturgique tantôt je "fais le point" c'est à dire que je laisse entendre de manière reconnaissable la musique source, tantôt j'évolue jusqu'au flou, jusqu'au délire fantasmagorique et alors la musique de Puccini est absorbée par ma propre écriture. Je cadre serré ou large, je respecte la perspective des différents plans ou bien je les inverse : les transmutations possibles sont nombreuses. Pour rester dans la comparaison visuelle, imaginez que les notes de la partition de Puccini sont pour moi comme les pixels d'une image. Tout le monde sait qu'on peut manipuler une image au niveau des pixels et lui donner un nouvel aspect, une nouvelle coloration, de nouveaux contours, créer un monstre, et même passer en continu d'un visage à un autre dans le cas d'un "morphing"; je fais la même chose avec les sons de l'image sonore de Puccini. Je veux que tout le public me suive à chaque instant, je ne souhaite perdre personne en cours de route et pour cela un peu comme Andy Warhol avec Mona Lisa ou Marilyne Monroe je favorise les œuvres les plus connues, les airs les plus célèbres. Grâce à cette culture commune entre le public et moi, je suis très libre d'être complexe, d'être rassurant ou au contraire provocateur. La relation que j'établis avec le public est donc équilibrée, elle accompagne pas à pas l'écouteur comme dans un conte dantesque: il s'agit de s'engager dans une aventure finalement risquée alors qu'on était encore l'instant d'avant en terre connue. D'un point de vue formel, la musique est un art du temps et à partir de cette image plus ou moins nette du modèle, j'invente un parcours comme si l'œuvre initiale était une installation, une exposition, et que mon propre temps musical et mon écriture correspondait au déplacement libre et inventif de l'auditeur, du regardeur dans l'espace acoustique et théâtral de Puccini. Pour ce spectacle, l'environnement, "l'air qu'on va respirer" comme le dit Bastien Gallet, sera celui de La Bohème. Ainsi donc pour le livret comme pour la musique le fil n'est jamais rompu avec l'œuvre originale et pourtant c'est le souffle de l'aventure qui nous pousse en avant. Dans notre travail, la partition el e-même est profondément modifiée, au point de donner par moment l'impression d'avoir disparu et pourtant elle disparait logiquement, par déduction, organiquement, elle subit une mutation, une renaissance. Ainsi l'œuvre de référence est le point de départ, jamais le point d'arrivée. Frédéric Verrières À PROPOS DE LA MISE EN SCÈNE Le projet de Mimi me fait un peu penser au travail qu'avait entrepris Pablo Picasso en peignant une cinquantaine de tableaux avec comme unique référence Les Ménines. Dans ces tableaux, on reconnaît à la fois le tableau de Velasquez et le coup de pinceau de Picasso, le regard ne peut oublier l'œuvre originale et pourtant ces interprétations ne lui sont pas assujetties, elles détournent Les Ménines pour mieux s'en libérer. Je pense aussi au cinéaste Brian de Palma qui dans plusieurs de ses films ré-explore le cinéma d'Alfred Hitchcock, en reprenant des thèmes, des plans, en allongeant certaines scènes, en en pastichant d'autres. La musique de Frédéric Verrières s'inscrit dans cette lignée, elle ne rend pas hommage, elle explore, elle réinvente à partir d'un matériel déjà existant. Lors de The Second Woman notre col aboration nous a paru évidente, parce que dans mon propre travail de mise en scène, je joue avec les codes, j'interroge les formes. Et puis dans ma manière de travailler avec les acteurs, il y a beaucoup de recherche, de tâtonnement, ce qui me paraissait peu compatible avec le travail de l'opéra. C'est de cette manière que nous avons pourtant travail é avec The Second Woman, en répétant bien en amont, par périodes courtes pour pouvoir regarder, écouter les chanteurs, leur écrire une partition sur mesure tant sur le plan scénique que vocal. Le désir est fort de travail er cette fois sur une œuvre unique et d'interroger, aujourd'hui, la Bohême de Puccini. Il y est question de l'art, de pauvreté mais aussi et surtout d'amour. L'amour sous toutes ses formes, chacun des personnages embrasse une vision de l'amour qui lui est propre, l'amour jaloux, l'amour idéaliste, l'amour malade, l'amour vénal… on peut trouver ici ou là des échos au Manque de Sarah Kane. Ce que nous voudrions faire ce n'est pas une transposition de La Bohème, mais c'est de l'arracher au XIXème pour la faire résonner ici et maintenant. Guillaume Vincent À PROPOS DU LIVRET Il n'est pas question d'adapter la Bohème, encore moins d'en transposer l'argument ou l'intrigue de nos jours. Il s'agirait plutôt de l'apprivoiser, de chercher le bon angle, la bonne distance, en un mot de tâtonner. Il nous semble impossible de « refaire » la Bohème sans raconter ce tâtonnement, l'histoire d'une relation qui ne sait pas précisément ce qu'elle cherche ni même ce à quoi elle se relie. Il faudra donc s'approcher et s'éloigner, être dedans comme si on y avait toujours été et dehors comme si la Bohème était à jamais inaccessible. Entre ces deux points de vue se dessinera une autre Bohème, présente et lointaine à la fois, étrange et familière, mais qui nous serait contemporaine. Une Bohème qui devient Mimi, prenant le nom de son personnage principal, tournant autour du mystère qu'el e recèle. Mimi sera double, du rêve et de la vie, cel e de Puccini et cel e qu'on rencontre, la Mimi de l'opéra et une Mimi réel e qui pourrait être notre contemporaine. Cel e que Rodolphe désire est l'une et l'autre, réelle et rêvée à la fois. Il rêve – ou fantasme on ne sait – de la première au début du premier acte et rencontre la seconde peu après sans d'abord la reconnaître. El es ne se ressemblent pas, n'ont pas la même voix et Rodolphe est pris dans ce jeu qui est aussi notre jeu. Ce projet s'inscrit dans la continuité de The second woman, opéra dans lequel nous reprenions, déjà, des « moments » du répertoire lyrique. Il s'agissait alors d'explorer la mémoire consciente et inconsciente d'une cantatrice vieil issante. Le répertoire était un moyen. Dans Mimi il devient une fin et la mémoire est ici collective, partagée : impossible de « reprendre » l'opéra de Puccini sans reprendre aussi la mythologie qu'il a créée. - les 7, 8 et 9 janvier 2015 : Croatian National Theatre Zagreb * - les 14 et 15 janvier 2015 : Comédie de Reims - les 19, 20 et 21 janvier 2015 : Théâtre d'Arras - le 24 janvier 2015 : Le Forum, Blanc-Mesnil * - les 29 et 30 janvier 2015 : Le Parvis, Tarbes - les 3 et 4 février 2015 : Espace Jean Legendre, Compiègne - le 8 février 2015 : Théâtre Luxembourg, Meaux - les 13 et 14 février 2015 : Grand Théâtre d'Aix-en-Provence * à confirmer puis tournée sur la saison 15-16.




À PROPOS DE LA SCÉNOGRAPHIE                  Les éléments de la scénographie sont oniriques tout en étant issus du quotidien - comme des formes imaginaires transformées dans la réalité sobre de tous les jours. Ces objets du quotidien, qui peuvent signifier tour à tour l'extérieur et l'intérieur, créent une ambiance et un suspense de film d'horreur dans lequel les éléments du quotidien fabriquent une vision cathartique où nos peurs s'expriment pleinement. À la façon du film de Peter Greenaway Le Cuisinier, le voleur, sa femme et son amant, je cherche l'impression d'un travel ing sans fin, où la fin d'un acte est le début de l'autre mais ou chaque acte comporte une singularité. Un cheminement continuel dont l'amour est le point nodal et qui nous conduit vers l'inéluctable fin de Mimi.                  James Brandily  Rodolphe, compositeur et musicien : Christian Helmer Mimi 1 : Camélia Jordana Mimi 2 : Judith Fa Marcel, artiste plasticien : Christophe Gay Musette, l'amie de Marcel : Pauline Courtin La comtesse Geschwitz : Caroline Rose Le personnage de la comtesse Geschwitz est un mélange entre Alcindoro,
l'amant de Musette dans La Bohème et la comtesse Geschwitz du Lulu d'Alban
Berg.
Mimi 2 remplace Mimi 1 dans les scènes où le personnage chante en voix lyrique.
Elle amplifie et transforme sa voix mais elle est aussi son double, l'ombre portée
dans le présent de la Mimi de Puccini. Elle ne devient un quasi-personnage que
dans l'acte II et seulement aux yeux de Rodolphe, qui part avec elle à la fin de
l'acte.
(nb : quand Mimi apparaît dans le texte, il s'agit toujours de Mimi 1)
 
 
NOMENCLATURE
• Flute • Clarinette • Trompette • Trombone • Percussions et batterie • Piano "disklavier" • Violon • Alto • Violoncelle • Contrebasse et basse ACTE I (italien, français pour la scène de la clé) La scène est divisée en deux espaces par un tulle qui descend du plafond. Au fond se trouve l'ensemble. Rodolphe et Marcel sont sur l'avant-scène. Rodolphe est au piano, en train de composer. Il joue des passages qu'il note ensuite sur une partition posée devant lui. Marcel peint à la bombe sur de grandes toiles posées au sol. Ail eurs sur l'avant-scène, un chœur de quatre femmes commence à chanter. De ce groupe émergent l'une après l'autre quatre figures de l'amour puccinien : Lauretta (chantée par Camélia Jordana), Manon (chantée par Pauline Courtin), Tosca et Butterfly (chantée par Judith Fa). Soit : l'amour enfantin et maternel, l'amour pulsionnel et destructeur, l'amour christique et sacrificiel, l'amour universel et océanique. Elles se contredisent, s'interrompent, leurs voix se chevauchent, se mêlent. Du chœur sort finalement Mimi. El e se rapproche de Rodolphe, une bougie à la main, el e cherche du feu. On est plongé dans l'acte I de La Bohème. Rodolphe et Mimi chantent en français et en voix naturel e la scène de la clé. Rodolphe commence son grand air dans ce style, mais il est interrompu après trois vers par Mimi 2 qui s'avance depuis le fond de la scène. El e chante en voix lyrique puis s'interrompt. Rodolphe chante en voix lyrique les trois vers suivants. Ils alternent la suite de l'air puis chantent les derniers vers en duo. Mimi s'avance à son tour et chante son air en voix naturel e, et Mimi 2 vient assez vite la doubler en voix lyrique. Rodolphe se joint à ce duo qui ne devient pas un trio mais un double duo : Mimi/Rodolphe et Mimi/Mimi 2, Mimi chantant alternativement avec l'un et l'autre. Mimi se rapproche finalement de Rodolphe. Ils chantent ensemble leur duo d'amour tandis que Mimi 2 quitte la scène. ACTE II (italien pour les airs, français pour les conversations, al emand pour Geschwitz) Un marching band venant des coulisses traverse la scène, emmené par Geschwitz et Musette. El es sont suivies par des musiciens de l'ensemble, jouant des bois, des cuivres et des percussions. La musique est entre jazz New-Orleans et cabaret berlinois de l'entre-deux guerres (Kurt Weil). Tous suivent la fanfare qui les conduit à une fête que la comtesse Geschwitz a organisé en l'honneur de Musette. Geschwitz chante en al emand, alternant mélodies populaires et sprechgesang. Musette lui répond en allemand et en italien. Elles sont visiblement amantes. Marcel, après avoir raconté à Rodolphe et Mimi l'histoire de Musette, l'enlève des bras de Geschwitz et commence avec elle une danse effrénée. Geschwitz raconte alors son histoire à Rodolphe et à Mimi. Profitant de l'apparition d'un nouveau motif musical, Mimi 2 revient sur scène en chantant un air de Puccini. Elle est méconnaissable. Tous les regards se tournent vers el e. Rodolphe est particulièrement fasciné. La musique se transforme, devient électronique, sombre, industrielle. Le lieu change d'aspect. Les couples se séparent. Tous dansent se manière lente ou frénétique. Mimi se rapproche de Geschwitz tandis que Rodolphe tourne autour de Mimi 2. Musette finit par partir avec Marcel et Rodolphe avec Mimi 2, laissant Mimi et Geschwitz seules dans l'ombre. El es chantent au piano, mélancoliques, un air d'Ingrid Caven avant de se séparer. ACTE III (français, italien) Des mois ont passé. Le lieu est indéterminé, périphérique, délaissé urbain ou zone de passage. Un quatuor amoureux se constitue peu à peu à travers quatre duos successifs qui sont construits comme quatre grands malentendus. Chaque personnage représente un certain rapport à la chose amoureuse : Rodolphe est l'amour jaloux, Musette l'amour vénal, Marcel l'amour de l'art (et devenu art) et Mimi l'amour gratuit mais malade (et malade de sa gratuité). Les duos se suivent dans le même ordre que celui de l'acte III de la Bohème. Musette et Marcel se disputent. Mimi se plaint de la jalousie de Rodolphe. Afin de se séparer de Rodolphe sans qu'il ait l'impression que la décision vienne d'el e, Mimi feint d'être malade. Marcel l'aide et ment à Rodolphe. Celui-ci sombre dans le désespoir tandis que Mimi finit par croire à sa maladie. A la fin de l'acte, après avoir vainement essayé de suivre un Rodolphe trop lyrique pour sa voix, elle demeure seule sur scène. Duos : Marcel/Musette ; Marcel/Mimi ; Marcel/Rodolphe ; Mimi/Rodolphe. La comtesse Geschwitz fait une apparition éclatante dans la dernière scène où elle tente une dernière fois de rappeler Musette à ses promesses. Cette dernière quitte Marcel pour la suivre. ACTE IV (italien) Mimi est seule sur scène pendant la totalité de l'acte. El e est doublée à certains moments par Mimi 2 et accompagnée par un chœur invisible qui commente ses paroles plutôt qu'il ne répond à ses adresses. On retrouve des fragments des airs de l'acte I chantés par tous les interprètes de l'opéra. Elle chante l'ensemble des répliques qui sont les siennes dans l'acte IV de La Bohème, détachées des interactions dans lesquelles elles prenaient place et trouvaient leur sens. Elle meurt donc seule à la fin de l'acte, son double se sera effacé et le chœur se sera tu. BIOGRAPHIES Frédéric Verrières, compositeur Frédéric Verrières écrit pour le théâtre lyrique, le cinéma et le concert. Sa musique est étroitement liée aux œuvres du répertoire musical universel, avec lesquelles il tisse des liens paradoxaux. Il rencontre la musique de Bach, Debussy, Puccini, Coltrane, Ellington, le Flamenco, le folklore des Balkans ou des Pygmées de Centrafrique ou bien encore la Chanson, ou l' Electro et s'associe librement à ces différents styles. Sa musique apparaît donc par le prisme d'un genre préexistant qu'il utilise comme point de départ pour composer des fantasmagories musicales et créer une nouvelle œuvre. Comme dans un théâtre d'ombres portées, l'image première, la forme et le style du modèle se mettent à trembler entre reconnaissance, délire et transgression. Parmi ses œuvres les plus récentes :  That's all folks ! Scénographie de Jérôme Deschamps, Opéra Comique.  A travers Festival Musica de Strasbourg, Ensemble Cairn.  Valse 3 -une cour impériale en 1855 Ensemble Ictus, Kaai Theater,  Domenico Scarlatti : An exhibition, Biennale di Venezia 2013, Ensemble Ses dernières partitions pour le cinéma sont : Little New York de James di Monaco, (EuropaCorp, Why not) avec Ethan Hawke. Happy few d'A. Cordier (Why not) compétition officiel e Mostra di Venezia. Il a été recompensé par la Sacem, la Sacd, le Ministère de la culture, l'Académie des Beaux- Arts. Au Théâtre des Bouffes du Nord il crée The Second Woman un opéra librement inspiré du film Opening night de J.Cassavetes, avec l'Ensemble Court-circuit. Guillaume Vincent, metteur en scène Avant d'entrer à l'école du TNS dans la section Mise en scène en 2001, il obtient un DEUST d'études théâtrales et une Licence de cinéma. Il monte La double Inconstance de Marivaux (présenté à la biennale du Théâtre du Gymnase en 1999). À Marseil e, il a joué notamment sous la direction d'Hubert Colas. Dans le cadre de sa scolarité au TNS, il a suivi des stages auprès de Stéphane Braunschweig, Krystian Lupa, Daniel Jeannetteau et Olivier Py. A l'école, il met en scène en 2002Les Vagues d'après le roman de Virginia Woolf, le spectacle sera repris au TNB en novembre 2004. Lors de sa dernière année d'école, il met en scène La Fausse suivante de Marivaux, repris au Théâtre du Peuple à Bussang et au Théâtre de la Cité Internationale à Paris. Il joue sous la direction de Vincent Macaigne dans Requiem 2. En 2006, il met en scène Nous, les héros de Lagarce au TNS, repris notamment au CDN d'Orléans. A partir de 2009, il est artiste associé au CDN de Besançon pour deux saisons. C'est là qu'il va créer L'éveil du printemps de Wedekind en janvier 2010, spectacle en tournée à Tours, Reims, au Théâtre National de la Col ine à Paris, Alès, Thionvil e. Il fait également partie du col ectif artistique de la Comédie de Reims, où il va monter Le bouc et Prepardise Sorry Now de Fassbinder en 2010. En 2011 il adapte et met en scène Le petit Claus et le grand Claus, conte d'Andersen, pour le jeune public. Aux Bouffes du Nord, il crée en avril 2011 The Second Woman, un opéra contemporain de Frédéric Verrière sur un livret de Bastien Gallet. La nuit tombe. , premier texte de Guil aume Vincent, est créé pour la 66ème édition du Festival d'Avignon. Il est repris, en partenariat avec La Colline, au Théâtre des Bouffes du Nord en 2013 puis en tournée (La Comédie de Reims, Le CDN d'Orléans. ). Il met également en scène aux Bouffes du Nord Rendez-vous gare de l'est la même année, spectacle en tournée lors de la saison 13-14, dans toute la France. Bastien Gallet, dramaturge Né à Paris, Bastien Gal et a été producteur à France Culture (de 1999 à 2004) puis à la Radio Suisse Romande, rédacteur en chef de la revue Musica Falsa, directeur du festival Archipel (Genève, de 2003 à 2006) et pensionnaire à l'Académie de France à Rome (villa Médicis). Est éditeur aux éditions MF ; enseigne la philosophie à l'Université Paris I ; coordonne la recherche de l'école supérieure des beaux-arts TALM (Tours-Angers-Le Mans). A publié deux romans : Une longue forme complètement rouge aux éditions Léo Scheer et Marsyas aux éditions MF ; deux essais sur la musique ; Anastylose aux éditions Fage (avec Ludovic Michaux, Yoan De Roeck et Arno Bertina) ; une traduction des Écrits sur la musique d'Alfred Schütz (avec Laurent Perreau, éd. MF, 2007) ; Impressions de France en collaboration avec Alain Bublex (Presses Universitaires de Caen, 2013) ; a dirigé un numéro d'art press 2 consacré à L'Art des sons (2011, avec Christophe Kihm). Fut responsable d'un séminaire au Collège International de Philosophie : Devenirs du concept à l'âge Baroque : rhétorique, musique, philosophie (2000-2001). A été commissaire de l'exposition « Espace-Odyssée » à la Cité de la musique (du 15 janvier au 4 juil et 2004, avec Emma Lavigne) et du module « Exposer la musique vivante » (28 concerts programmés avec Patrick Javault) de La Force de l'art (Grand Palais, 2006). A participé à deux spectacles-performances de Massimo Furlan : 1973 (créé en 2010 au Festival d'Avignon, suivi d'une tournée de deux ans en Europe) et Les Héros de la Pensée (créé à Neuchâtel en janvier 2012, repris en octobre au Théâtre de la Cité internationale à Paris). Est l'auteur du livret de l'opéra The second woman (composé par Frédéric Verrières et mis en scène par Guil aume Vincent), qui fut créé au théâtre des Bouffes du Nord en avril 2011 (repris en mars 2013). James Brandily, scénographe A Londres, il travail e au Gate Theatre (Portobello). Pour son premier spectacle dans ce lieu, Sarah Kane mets en scène Pheadra's love , rencontre qui reste une expérience déterminante pour sa carrière. Au Gate Il collabore à 18 créations à des postes différents. Pour Steve Harper, il scénographie 3 pièces Occam's razor , Break down et Random act of malice . De retour en France, il travail e avec le chorégraphe Osman Khelili sur No man, no chicken et Jet lag . Il est assistant scénographe pour Riccardo Hernadez. Avec Guil aume Vincent, il travail e sur Le bouc, Preparadise sorry now , The second woman , La nuit tombe. (palmarès des scéneweb d'or 2012 pour la scénographie) et prochainement sur Mimi , opéra dont la création se fera aux Bouffes du nord. Fanny Brouste, costumière Après une Maîtrise d'Histoire de l'Art, el e obtient en 2003 un Diplôme des Métiers d'Arts option Costumier-réalisateur. El e rencontre alors le metteur en scène Ludovic Lagarde et participe aux créations des opéras Fairy Queen (2003), Orphée et Eurydice (2004) suivit d'Actéon et Les Arts florissants (2004). El e crée pour lui les costumes de Massacre, opéra de Wolfgang Mitterer (2008), et pour le théâtre, les costumes d'Un nid pour quoi faire et d'Un mage en été, représentés au Festival d'Avignon en 2010. En 2011 et 2012, elle s'occupe de la création des costumes de la trilogie de George Büchner (Woyzeck, La mort de Danton et Léonce et Léna). En 2010, elle travail e avec Emilie Rousset sur La Terreur du Boomerang puis La Place Royale. Bientôt elle collabore avec Simon Deletang pour Manque et Mickaël Serre pour La Mouette. Enfin, elle supervise la création des costumes de Ring Saga à La Casa dà Musica de Porto en septembre 2011 pour le metteur en scène Antoine Gindt avec lequel elle collabore également pour la création de l'opéra Aliados (Sebastian Rivas/ Esteban Buch) en juin 2013. Elle retrouve Ludovic Lagarde pour Rappelez Roland (création La Comédie de Reims en mars 2013) ainsi que l'adaptation du Roi Lear (création Festival d'Avignon juil et 2013). C'est également au cour de cette année et toujours avec Ludovic Lagarde, qu'elle crée les costumes des opéras Il segreto di Susanna (Wolf Ferrari) et La voix humaine (Poulenc/ Jean Cocteau) pour l'Opéra Elle signe les costumes de Second Woman, semi-opéra mis en scène par Guil aume Vincent qui a obtenu le Prix de la Meil eure Création Musicale 2010/2011. Jean Deroyer, chef d'orchestre Chef d'orchestre français né en 1979, Jean Deroyer intègre le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris à l'âge de quinze ans où il obtient cinq premiers prix. Entre autres orchestres, Jean Deroyer a été invité à diriger le NHK Symphony Orchestra à l'Opéra de Tokyo, le Radio Symphonie Orchester Wien, le SWR Orchester Baden-Baden, le RSO orchester Stuttgart, le Deutsche Symphonie Orchester, l'Israël Chamber Orchestra, les Orchestres Philharmoniques de Monte-Carlo, de Liège et de Strasbourg, l'Orchestre de Paris, l'Orchestre National de Lil e, l'Orchestre Philharmonique de Radio-France, l'Orchestre National de Lyon, l'Ensemble Intercontemporain, l'Ensemble MusikFabrik et le Klangforum Wien dans des salles telles que le Konzerthaus de Vienne, la Philharmonie de Berlin, la salle Pleyel, le Luzern Hall, la Philharmonie de Essen, le Tokyo Opera City et le Lincoln Center à New-York. Depuis plusieurs années, il bâtit une relation privilégiée avec l'Ensemble Intercontemporain, qu'il a dirigé à de nombreuses reprises. En août 2007, il s'est produit dans Gruppen de Stockhausen -pour trois orchestres et trois chefs- dans le cadre du festival de Lucerne avec Peter Eötvös et Pierre Boulez. En septembre 2007, il a été invité à diriger l'Orchestre de Paris à la sal e Pleyel et retrouvera cet orchestre à plusieurs reprises lors des saisons suivantes. Par ail eurs, il dirige régulièrement l'Orchestre Philharmonique de Radio-France avec lequel il a enregistré Cel ar Door de Thomas Roussel, sorti en février 2008 chez EMI Music. En 2010, il crée Les Boulingrin, opéra de Georges Aperghis à la tête du Klangforum Wien à l'Opéra Comique, dans une mise en scène de Jérôme Deschamps. Il dirige ensuitePelléas et Mélisande à l'Opéra de Rouen et l'Orchestre Philharmonique de Radio-France dans Ariane et Barbe Bleue de Paul Dukas. La saison dernière il a créé l'opéra Der Turm de Claude Lenners au Grand Théâtre du Luxembourg avec l'Orchestre Philharmonique du Luxembourg ainsi que JJR de Philippe Fénelon mis en scène par Robert Carsen au Grand Théâtre de Genève Parmi ses prochains engagements, signalons des concerts avec l'Orchestre National de France, le BBC Symphony Orchestra, l' Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, l'Orchestre de Chambre de Lausanne, l 'Auckland Philharmonia, l'ensemble Modern et le Sinfonia Varsovia. Au théâtre des Bouffes du Nord il dirige The second woman opéra de Frédéric Verrières, livret de Bastien Gallet, mis en scène par Guil aume Vincent, avec l'Ensemble Court-circuit.


Pauline Courtin Pauline Courtin étudie la musique au Conservatoire Milhaud d'Aix-en-Provence, ensuite au Conservatoire de Marseil e dans la classe de T. Raffalli, où elle obtient un 1er Prix de Chant à l'Unanimité. Elle se perfectionne au Conservatorio Santa Cecilia de Rome et au CNIPAL de Marseil e où elle étudie avec M. Mesplé. Paral èlement, el e obtient une maîtrise en Droit Public à l'Université d'Aix-en-Provence. Elle débute dans Die Entführung aus dem Serail (Blondchen) et Hänsel und Gretel (Marchand de Sable/Homme à la Rosée) à Rome, suivi de Così fan Tutte (Despina), le rôle-titre de Pollicino de Henze et Iphis dans Jaephta de Haendel, sous l'égide de Musica per Roma. On la retrouve dans deux créations de F. Vacchi, Les Oiseaux de Passage à Bologne, Il Letto della Storia au Mai Musical Florentin, ensuite à Marseil e pour Orphée aux Enfers (Eurydice) ainsi que L'Héritière de Damase (Lucy) et Le Nozze di Figaro (Barberina) (rôle repris au TCE, au Barbican de Londres et à l'Opéra National de Paris), au Théâtre du Châtelet la création de G. Dazzi Le Luthier de Venise (Chat) ainsi que L'Enfant et les Sortilèges (Feu, Princesse, Rossignol), au Festival de Feldkirch Così fan Tutte (Despina), au Festival Beethoven à Bonn L'Irato de Méhul (Isabel e), au Festival de Saint-Céré Don Giovanni (Zerlina), au Stadthalle de Bayreuth Die Lustigen Weiber von Windsor (Anna), à Nice et Amsterdam Ariane et Barbe Bleue, à Montpellier Die Drei Rätsel (Mme Douce Amère), à Saint-Etienne Orphée et Eurydice (Amore), Die Entführung aus dem Serail (Blondchen) et Cosi Fan Tutte (Despina), à Bordeaux ainsi qu'aux Festivals d'Antibes Rigoletto (Gilda), à Monte-Carlo Die Zauberflöte (Papagena), au Festival d'Aix-en-Provence 2009 ainsi qu'en tournée en France Orphée aux Enfers (Eurydice), à l'Opéra de Manaus Pelléas et Mélisande (Yniold), avec Accentus Concerts Schubert ainsi que Le Paradis et la Péri de Schumann, à Toulouse La Vie Parisienne, à Avignon prise de rôle de Sœur Constance dans Dialogues des Carmélites. Pauline Courtin travaille sous la direction de chefs prestigieux comme E. Pido, R. Jacobs, A. Guingal, T. Severini, C. Gibault, P. Auguin, A. Altinoglu, S. Cambreling… Parmi ses engagements récents et futurs, Dialogues des Carmélites (Sœur Constance) à Massy, Spectacle Offenbach aux Journée Lyrique de Chartres (Dreux), Récital Tomasi/Donizetti à Bonifacio, Stabat Mater de Pergolèse et Vivaldi au Festival d'Art Sacré d'Antibes, Spectacle Offenbach en Russie et Vichy avec l'Opéra de Rouen, Colomba, création de J.C. Petit, à l'Opéra de Marseil e. Judith Fa Judith Fa entame ses études musicales à la Maîtrise de Radio France (dir. Toni Ramon). Elle y aborde une grande variété de répertoire : baroque, opéra, sans oublier une part très importante de la musique contemporaine. En 2007, elle est admise au Conservatoire d'Amsterdam dans la classe de Sasja Hunnego. Durant ces années elle bénéficie des conseils de Margreet Honing, d'Ira Siff, de Valérie Guil orit. Elle suit également les classes d'Udo Reinemann pour le Lied et de Jeff Cohen pour la mélodie française. Après avoir obtenu son Prix de chant lyrique en 2011, el e rejoint le Dutch National Opera Academy - DNOA (dir. Alexander Oliver). Elle construit depuis une solide expérience à la scène. En juin 2011, elle est Mélisande dans Pelléas et Mélisande de Debussy dans une mise en scène de Timothy Nelson au ferstival de Noordwijk Opera. Avec le DNOA, el e interprète les rôles du Feu, de la Princesse et du Rossignol dans l'Enfant et les Sortilèges de Ravel au théâtre Orfeus d'Apeldoorn, à De Singel à Anvers, au Vredenburg d'Utrecht et à De Doelen à Rotterdam, mise en scène de Timothy Nelson, dir. Antony Hermus. En juin 2012 elle chante le rôle Serpetta dans La Finta Giardiniera de Mozart au Theater de Regentes à La Haye, mise en scène de Xander Straat. En 2012 - 2013, elle est Serpina dans La Serva Padrona de Pergolèse - dir : Peter Leerdam, Parasha dans Mavra de Stravinsky (version russe) avec l' Asko Schoenberg orchestra - dir : Etienne Siebens, mise en scène : Javier Lopez Piñon. Puis elle chantera Susanna & Barbarina dans Les Noces de Figaro de Mozart avec le NJO orchestra, dir : Richard Egarr, mise en scène : Floris Visser & Alexander Oliver, en tournée en Hollande. Elle est lauréate de l'Académie de l'Opéra comique pour la saison 2013- 2014. Elle y interprétera le rôle de Morgiane dans Ali Baba de Charles Lecocq en mai 2014, en reprise à l'Opéra de Rouen en juin 2015. Ses activités musicales l'amènent à se produire régulièrement en tant que soliste ou en ensemble sous la direction de Geoffroy Jourdain, Raphaël Pichon, Bruno Boterf, Sébastien Daucé. Christophe Gay Après un cursus complet au conservatoire de Nancy avec Christiane Stutzmann, Christophe Gay est lauréat du concours «Les Symphonies d'automne» de Mâcon dans la catégorie Opéra, et fait partie des Révélations Classiques de l'Adami. Après des débuts à l'opéra de Nancy dans Il Prigioniero de Luigi Dal apiccola, on a pu l'applaudir à Paris à la Cité de la Musique, à l'Opéra Comique, mais aussi au Festival d'Aix-en-Provence (Orfeo sous la direction de René Jacobs), aux Opéras de Lil e, Nantes, Rouen, Toulon, Avignon, Strasbourg, Lyon. Sa carrière prend également une dimension internationale : après l'Italie où il chante au Festival de Montepulciano (Toscane) dans la création mondiale d'Enigma de Detlev Glanert, il est notamment invité au Luxembourg, en Al emagne (Hambourg, Düsseldorf et Braunschweig), en Belgique (Bruxel es) et au prestigieux Festival de Glyndebourne dans la nouvel e production de Carmen de David Mc Vicar. Son répertoire est varié. S'il se produit dans de nombreuses productions d'opéras baroques tels que Iphigénie en Tauride de Glück, Orfeo, Platée, King Arthur, Castor et Pollux, on lui confie également des rôles mozartiens de premier plan : Guglielmo (Cosi fan tutte) en tournée en France, Papageno (La Flûte Il est également très sollicité dans le grand répertoire des XIXème et XXème siècles. Citons ses prestations dans Carmen, Rigoletto, Lakmé, Andrea Chénier, Madame Butterfly, Les Contes d'Hoffmann, Wozzeck, Candide. Il se produit en


outre à l'Opéra Comique dans L'Etoile de Chabrier sous la direction de John- Eliot Gardiner et Les Mamelles de Tirésias de Poulenc sous la direction de Ludovic Morlot. Il chante également le rôle titre dans Der Kaiser von Atlantis de Viktor Ullmann à Nancy, à la Cité de la Musique à Paris, puis à Caen et au Luxembourg. En concert, il chante dans Le Messie de Haendel, la Neuvième Symphonie de Beethoven, le Requiem de Fauré, La Misa Tango de Bacalov, La Pastorale de Charpentier, Mors e Vita de Gounod, La Messa di Gloria de Puccini. Récemment on a pu l'applaudir dans Carmen (mise en scène d'Olivier Py) et Les Contes d'Hoffmann (mise en scène de Laurent Pel y) à Lyon, La Vie Parisienne à Nantes, Castor et Pol ux à Düsseldorf, La Traviata à Avignon, L'Etoile à Nancy, King Arthur à Versail es, L'Enfant et les Sortilèges en tournée avec le Festival d'Aix en Provence, Platée à Stuttgart, et avec les Talens Lyriques dirigé par Christophe Rousset à la Cité de la Musique, Don Giovanni à St Céré, Fortunio à Limoges. Parmi ses projets, citons la reprise de Fortunio à Rennes, Les Contes d'Hoffmann à Tokyo, Traviata, Manon et La Vie Parisienne à Marseil e, La lettre des sables à Bordeaux, Carmen à Glyndebourne, Lakmé à Avignon, Les Mamel es de Tiresias à Nancy. Christian Helmer C'est à l'issue de ses études d'ingénieur (diplômé de SUPELEC) que Christian Helmer entreprend une formation musicale et vocale à l'Ecole Normale de Musique de Paris. Une première participation en août 2004, au Concours International de Chant de Marmande, lui permet de recevoir, en finale, le Prix du CNIPAL dont il sera pensionnaire pour la saison 2004-2005. Pendant son année de stage, il bénéficie des conseils de Tom Krause, Yvonne Minton, David Syrus et Mady Mesplé. Il se perfectionne en ce moment auprès de Malcolm King. C'est alors qu'il est invité à l'Opéra de Gelsenkirchen et à l'Opéra de Nuremberg pour y interpréter successivement les rôles du Gouverneur dans Le Comte Ory, Schaunard dans La Bohème, Lodovico dans Otel o de Verdi, Eustachio dans L'Assedio di Calais de Donizetti, et Sénèque dans Le Couronnement de Poppée. Il a aussi interprété Alidoro (La Cenerentola) à l'Opéra de Marseil e sous la direction de Dominique Trottein. Il aborde par la suite le rôle de Guglielmo au Festival de Feldkirch (Autriche) dans une production de Così fan tutte mise en scène par Philippe Arlaud. Il reprend ce rôle au festival d'Antibes l'été 2009. En mai 2009, il participe à la production de Cyrano de Bergerac au Châtelet dans le rôle de Le Bret aux côtés de Placido Domingo. La même année, il interprète Orbazzano (Tancredi), et Masetto (Don Giovanni) sous la direction de Jean-Claude Malgoire à Tourcoing et au Théâtre des Champs-Elysées ainsi que le rôle de Lodovico (Otel o) à l'Opéra de Montpel ier. Il a fait ses débuts à l'Opéra de Paris dans le rôle d'Amantio di Nicolao (Gianni Schicchi) et a également tenu les rôles de Zuniga (Carmen) à l'Opéra d'Avignon, de Fiorello (Le Barbier de Sevil e) au Théâtre du Châtelet et de Guglielmo (Cosi fan tutte) avec Les Musiciens du Louvre dans un nouveau festival créé par Marc Minkowski. La saison dernière, il était Calchas (Iphigénie en Aulide) à De Nederlandse Opera Amsterdam puis Zuniga (Carmen) à l'Opéra de Massy. Il reprend ensuite le rôle d'Orbazzano (Tancrède) produit par l'Atelier Lyrique de Tourcoing à l'Opéra Royal de Versail es et chante Col ine (La Bohème) au Grand-Théâtre de Tours en avril 2012. Il a fait ses débuts au Teatro Real Madrid dans le rôle de Le Bret (Cyrano de Bergerac) Il a chanté l'été dernier à Lacoste son premier Don Giovanni avant de faire ses débuts en Escamil o à l'Opéra de Rouen et à l'Opéra Royal de Versailles. Il s'est également produit en concert à la Salle Pleyel sous la direction de Marc Minkowski et a participé au Mozart Gala (Mozarteum Salzburg). Il vient de reprendre Don Giovanni à Antibes et chantera également ce rôle à Chartres en octobre, avant d'interpréter le Friauche dans Le Dernier Jour d'un Condamné à Avignon, Wagner (Faust) au De Nederlandse Opera Amsterdam, et Girot dans Le Pré aux Clercs d'Hérold à l'Opéra Comique . Il sera également Cecil dans Maria Stuarda au Théâtre des Champs Elysées. Camélia Jordana Camélia a étudié le piano et le solfège au conservatoire, et la danse classique et moderne jazz dans des écoles de danse du sud de la France. Elle a aussi fait du théâtre au Petits Bonhommes, école de théâtre tenue par Sylvie Rémi. Elle travail e sa voix avec l'ethnomusicologue Martina Catel a fondatrice de l'école de chant Les Glottes Trotters. Révélée à la "Nouvelle Star" (2009) sur M6, elle sort un album éponyme en 2010 sous le label Jive Epic (Sony Music). Elle a travaillé avec des artistes aux multiples talents comme L, Mathieu Boogeart, et Babx qui a réalisé la majeure partie de son album. Elle est nominée deux fois aux Victoires de la Musique dans les catégories "Artiste révélation du public" et "Artiste révélation Scène". Elle est nominée aux Globes de Cristal dans la catégorie "Meil eure interprète féminine de l'année", dans la catégorie "Chanteuse" aux Femmes en or, et son album est nominé au Prix Constantin. S'en suit une tournée d'environ 150 dates dont de nombreux festivals (Francofolies de la Rochelle, Francofolies de Spa) durant un an et demi, ce qui lui donne l'opportunité de voyager dans toute la France, la Suisse et la Belgique. El e se produit à plusieurs reprises à la Cigale, puis au Trianon. Elle participe aux Festivals Sakifo à l'Île Maurice et à la Réunion. Elle a aussi l'occasion de présenter son répertoire au public Japonais en novembre 2011 comme au public Russe pour la fête de la musique 2012, projets organisés par l'Alliance française. En 2010, elle est marraine de l'opération "Chantons pour les droits des enfants" soutenue par l'UNICEF France. Son morceau Non Non Non est ré-écrit par son auteur Doriand, pour défendre les droits des enfants dans le monde. Elle fait un duo avec Alex Beaupain (Avant la Haine), un clip est réalisé par Christophe Honoré. El e chante aussi avec Alain Chamfort (Bambou), avec LeeRoy (Ton Pote - sortie 2013) ainsi qu'avec Babx (Je ne t'ai jamais aimé - sortie 2013). En hiver 2011, elle vit sa première expérience au cinéma, elle obtient un second rôle dans le premier long-métrage La Stratégie de la poussette du comédien, metteur en scène et réalisateur Clément Michel. Elle est à l'affiche aux côtés de Raphael Personnaz, Charlotte Lebon, Jérôme Commandeur, Julie Ferrier, et François Berléand y fait une apparition (sortie début 2013). Elle compose une chanson générique pour ce même long-métrage. Cette expérience lui permet d'obtenir un second rôle dans le prochain film de Pascale Ferrand (Bird People - sortie en cours). Puis el e obtient son premier rôle dans le second téléfilm (Les mauvaises têtes) du réalisateur Pierre Isoard (diffusée le 11 Septembre 2013). Elle y donne la réplique à Daniel Prévost et Mylène Demongeot. Caroline Rose Devin Townsend, Courtney Love et M.I.A. n'ont pas grand-chose en commun et pourtant ils y sont pour beaucoup dans la musique de Caroline Rose. Caroline Rose, chanteuse-guitariste franco-allemande, grandit en forêt noire avec Hole, L7, les Riot Grrrls, mais aussi Michael Jackson et les tubes d'MTV. Sa mère lui transmet très tôt sa passion pour le chant et la musique et des 7 ans elle chante dans la chorale de son église, participe à des concours de lecture et récite des poèmes lors de soirées associatives du coin. Des 13 ans Caroline joue et chante dans des groupes allant du grunge au death-métal dont la moyenne d'âge est entre 20 et 25 ans. Arrivée en France à 15 ans, Caroline monte plusieurs groupes métal (Mynx, Straight) avec lesquels elle tourne en Ile de France, plus tard (2008) elle sort un album de brutal deathmétal avec son groupe "Psychobolia". En parallèle à ces activités, Caroline crée un projet plus personnel, plus hybride. Caroline Rose se fait alors sélectionner par différents organismes/concours avec des maquettes maison oscil ant entre post-rock et pop (« le COACH », l'EMB, présélections du « Printemps de Bourges », "Papil ons de nuit", finaliste « Paris Jeunes Talents »). En 2009, elle décroche un premier rôle dans la pièce contemporaine "La mécanique des anges » mis en scène par Camil e Rocail eux et Thomas Guerry, un spectacle de danse contemporaine inspiré "Rocky Horror Picture Show". Les producteurs de ce spectacle financent son premier EP solo "More Immoral » (sorti en 2011). El e y intègre timidement samples et synthétiseurs; des éléments qu'elle amplifiera d'avantage par la suite. En septembre Caroline part tourner aux Etats Unis. Elle entreprend un road trip qui la mène de Nashvil e à New York, des studios TV de la Fox a Arlene's Grocery. Dès son retour des States Caroline participe à « The Voice » sur TF1 et s'y fait repérer par Dove Attia. Elle intègre alors la troupe de « 1789, les amants de la bastille » en 2013 au Palais des sports. Enrichie de ces expériences médiatiques et après une tournée Helsinki-Saint Pétersbourg, Caroline se fait présélectionner par l'Eurovision Allemagne en février 2014, elle participe au show télévisé et arrive à la seconde place sur 2500 participants. Artiste complète, entre concerts et voyages el e trouve le temps d'écrire, de composer, d'arranger et de réaliser, Caroline Rose s'investit totalement en créant sa propre structure indépendante « CR Productions », L'EP « Grungesque » (2014) en est la première réalisation. Actuel ement el e travail e sur son album, dont la sortie allemande est prévue en mars 2015, chante aux côtés du guitariste al emand Thomas Blug, du chanteur américain Butch Wil iams et de la petite fil e du général Patton: Helen Patton aux prestigieux « Patton concerts » pour quelques dates autour du D-Day en juin 2014. Ensemble Court-circuit Philippe Hurel, direction artistique ; Jean Deroyer, direction musicale Le compositeur Philippe Hurel et le chef d'orchestre Pierre-André Valade créent l'ensemble Court-circuit en 1991, à la suite d'une rencontre avec les fondateurs de la galerie Analix de Genève. Ensemble « créé par un compositeur pour des compositeurs », Court-circuit s'est affirmé d'emblée comme un lieu d'expérimentation, un projet artistique qui valorise une intense prise de risques dans un esprit de liberté totale. Son engagement fort en faveur de la création musicale contemporaine est le ciment véritable de l'ensemble : au-delà de son nom en forme d'étendard, c'est aux musiciens et à leur chef Jean Deroyer qui l'animent avec détermination et virtuosité, que Court-circuit doit son identité nerveuse, rythmique, incisive. Partenaire recherché des compositeurs, l'ensemble assume joyeusement son rôle d'agitateur de la scène contemporaine internationale. Court-circuit est l'invité des programmations internationales les plus dynamiques – festivals Maerzmuzik, Ultima, Printemps des Arts, Musica Electronica Nova, Traiettorie, Gaïda. – et écume les hauts lieux français de la création et de la diffusion : les festivals Agora, Manifeste, Novelum, Aujourd'hui Musiques à Perpignan, Messiaen au Pays de la Meije, mais aussi l'Opéra de Reims, l'Arsenal de Metz, les théâtres de Caen et Besançon, l'Opéra de Paris… Court-circuit s'implique dans des projets interdisciplinaires qui excèdent la sphère de la musique contemporaine. Après avoir col aboré avec l'Opéra de Paris pour des créations chorégraphiques (Preljocaj, Lagraa), l'ensemble entame un partenariat fécond avec le Théâtre des Bouffes du Nord. Il y crée des opéras de chambre: le succès de The Second Woman (Grand Prix de la critique 2011), opéra de Frédéric Verrières mis en scène par Guil aume Vincent, suscite une deuxième production, Mimi, librement inspirée de l'œuvre de Puccini (création novembre 2014). En parallèle, Court-circuit tourne plusieurs ciné-concerts qu'il a créés, tels Paris qui dort (film de René Clair, musique de Yan Maresz) et Les hommes le dimanche (film de Robert Siodmak, musique d'Alexandros Markeas). Court-circuit affirme sa vocation pédagogique en collaborant régulièrement avec les conservatoires d'Ile-de-France. En 2012, il s'implante dans les Hauts-de-Seine, où il mène de nombreux projets avec des établissements d'enseignement musical et des structures de diffusion territoriale. L'ensemble est régulièrement sol icité pour participer à des programmes européens – Integra (2006-2011) dédié aux musiques mixtes, Re:new music project (2009-2011)… La discographie de Court-circuit est riche d'une quinzaine d'enregistrements qui reflètent fidèlement son vaste répertoire : Bertrand (sortie en 2014 sous le label Motus), Blondeau, D'Adamo, Fineberg, Grisey, Hervé, Hurel, Leroux, Matalon, Monnet, Murail, Reynolds et Schnel er. Plusieurs fois Coup de cœur de l'Académie Charles Cros, ces CDs ont été distingués par de nombreuses récompenses (Choc du Monde de la Musique, Diapason d'or, 10 de Répertoire…). L'ensemble Court-circuit est aidé par le Ministère de la Culture et de la Communication / Drac Ile-de- France au titre de l'aide aux ensembles conventionnés, par la SACEM et la SPEDIDAM pour l'ensemble de ses activités, reçoit le soutien financier du Conseil Général des Hauts-de-Seine pour ses activités dans le département, du FCM et de MFA pour sa production phonographique.

Source: http://www.arcadi.fr/rtefiles/File/Fiches%20spectacle/2-dossier-mimi-140911.pdf

munimariquina.cl

M U N I C I P A L I D A D SECRETARIO MUNICIPAL SAN JOSE DE LA MARIQUINA ACTA SESION EXTRAORDINARIA Nº 15, DEL CONCEJO MUNICIPAL DE MARIQUINA DE FECHA VIERNES 04 DE OCTUBRE DEL AÑO 2013.- En San José de la Mariquina, a VIERNES 04 DE OCTUBRE DEL AÑO 2013. 09,20 , HORAS, se da comienzo a la sesión extraordinaria Nº 15, del Concejo Municipal de Mariquina, PERIODO 2012 – 2016, con la asistencia de los Concejales: SRA. MARIA CRISTINA EPUANTE LLANCAFIL; SRA. CECILIA FERREIRA REYES; SR. JAIME RAMIREZ MARQUEZ; SR. LUIS ALBERTO FARIÑA VELOZO; SR. RODRIGO MANZANO NAHUELPAN; SR. CRISTIAN JOHN CATALAN BRAVO; Preside la sesión el Sr. ERWIN PACHECO AYALA, ALCALDE DE LA COMUNA DE MARIQUINA, ACTUA COMO SECRETARIO DEL CONCEJO, SIGIFREDO SALGADO BLANCO, SECRETARIO MUNICIPAL.- Se encuentra presente en esta sesión don Claudio Oliva Director de SECPLAN de la Comuna

lsenr.nl

Market withdrawal and suspension of marketing authorisation of medicinal product due to good manufacturing practice noncompliance in India C-269/13 Acino AG vs. European Commission Citeersuggestie: Hanneke Later-Nijland, ‘Market withdrawal and suspension of marketing authorisation of medicinal product due to good manufacturing practice noncompliance in India'